Ruinart, plus ancienne maison de champagne

Fondée en 1729, la Maison Ruinart a posé la première pierre de l’histoire du champagne. Sa création coïncide avec la naissance, en France, du « Siècle des Lumières » et de l’art de vivre à la française. Élégance, pureté et lumière définissent aujourd’hui l’univers de la Maison. Elle tire de ses trois siècles d’histoire la force de ses créations. L’équilibre entre ses racines et l’audace de ses engagements est la clef de son succès et en fait une Maison assurément contemporaine.

Le goût Ruinart : fraîcheur et élégance

Animée par la quête permanente d‘excellence et d’authenticité, la Maison Ruinart a fait le choix du chardonnay, cépage rare et fragile qui apporte à ses cuvées toute leur richesse aromatique. Grâce à son expertise, la Maison a su en dominer la complexité et l’exigence. Le chardonnay révèle ainsi au fil de son évolution, sa finesse et son élégance, délivrant des vins uniques appréciés des connaisseurs du monde entier.

L'emblème du goût Ruinart

Le cépage Chardonnay est l'âme de la Maison Ruinart. Son raisin, issu principalement de la Côte des Blancs et de la Montagne de Reims, est au cœur de toutes ses cuvées.

Entre fraîcheur et notes éxotiques

L’histoire du rosé de la Maison Ruinart, le tout premier rosé à voir le jour, s’écrit depuis le XVIIIe siècle. Si plus de 250 ans nous séparent des prémisses du champagne rosé de la Maison Ruinart, l’excellence, valeur fondamentale, continue de caractériser aujourd’hui l’élaboration de ce vin délicat.

Immersion au coeur de la Maison Ruinart

Les Crayères de la Maison Ruinart sont de véritables cathédrales de craie souterraines. D’une blancheur lumineuse, les plus profondes atteignent 38 mètres de hauteur sous voûte et leurs nombreuses galeries se croisent tel un labyrinthe sur plus de huit kilomètres de long. Depuis juillet 2015, elles sont inscrites à la prestigieuse liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. L’absence totale de vibrations, la température et l’hygrométrie constante des Crayères offrent les conditions idéales à la maturation des cuvées Ruinart.

 

Ruinart et l’art

En 1896, la Maison fait appel pour la première fois, au talent d’un jeune créateur : la « réclame » réalisée par Alphonse Mucha fera sensation. Depuis cette date, de nombreux artistes ont donné leur vision de la Maison en réinterprétant ses valeurs et son histoire. Son engagement dans le domaine de l’art s’exprime aussi à travers son soutien aux plus grandes foires d’art internationales. Une manière de transmettre son patrimoine et son savoir-faire à travers le monde.

Jaume Plensa en 2017

Jaume Plensa est aujourd’hui connu et reconnu pour ses silhouettes de corps humains assis ou agenouillés qui semblent scruter l’horizon de façon méditative, tels des penseurs contemporains. C’est sous cette forme allégorique qu’il a souhaité évoquer l’esprit de la Maison Ruinart et celle de celui qui est en est à son origine, dom Thierry Ruinart.

La sculpture qu’il a réalisée pour la Maison Ruinart, reprend la forme des personnages qu’il a déjà créés et dont il en connaît les corps à la perfection. Mais il n’y a jamais de répétition dans son œuvre, chaque pièce est unique. À la base de la sculpture, il a gravé deux dates : 1729 et 2016. Elles sont comme un code secret, un message crypté, qui met en écho la fondation de la Maison Ruinart et celle de la création de l’œuvre.

Liu Bolin en 2018

Liu Bolin a passé plus de dix jours en résidence au sein de la Maison Ruinart, à Reims, révélant à travers trois images la trace du travail de l’homme.

En faisant disparaître l’humain, Liu Bolin braque les projecteurs sur les gestes et le savoir-faire à l’œuvre dans la création du champagne. Par son invisibilité, il révèle l’expertise des femmes et des hommes qui travaillent dans l’ombre, et met en lumière le respect de la Maison Ruinart pour la nature.

« J’ai été marqué par l’expertise déployée et l’utilisation des ressources naturelles à disposition dans la fabrication du champagne. Des vignes aux crayères, les collaborateurs de Ruinart tirent parti de la nature sans la dévoyer. C’est leur travail que j’ai voulu mettre en avant dans cette série »

Vik Muniz en 2019

Vik Muniz est un artiste total qui a recours à de nombreux médiums tels que photographie, sculpture, vidéo et à des matériaux variés pour ses œuvres qui interrogent en continu notre rapport à la réalité et à notre champ mémoriel. Se définissant comme un « illusionniste low-tech » , l’artiste explore notre mémoire collective pour mieux l’interroger.

David Shrigley en 2020

David Shrigley est un artiste britannique dont le trait reconnaissable entre tous observe ce qui l’entoure avec une ironie incomparable, usant d’un dessin rudimentaire souvent accompagné d ’une phrase absurde et définitive, pour nous interpeler et nous alerter. L’humour, du plus naïf au plus noir, est son instrument de prédilection et de haute précision.

Bien que le dessin soit au centre de sa pratique, l’artiste touche à beaucoup de médiums, dont la sculpture, les installations à grande échelle, l’animation, la peinture, la photographie et la musique.